Bienvenue en Asie Centrale sur la Route de la Soie, www.chasseursdeclipses.com

en Ouzbékistan,  Turkménistan, Kirghizistan, 

Kazakhstan, Tadjikistan,  Chine & Iran,...

Circuit organisé en groupe ou en individuel

 

Bienvenue en Ouzbékistan et dans ses pays voisins

Quelques étapes sur la route de la soie

Samarkand

Samarkand est l'une des villes les plus anciennes et l'un des plus vieux centre culturel du monde. Avec une histoire de 25 siècles, c'est une ville de légendes. Samarkand était le centre de la Sogdiane. Elle survécut aux multiples invasions, d'Alexandre le Grand qui s'enthousiasmait déjà sur sa beauté, aux Arabes, en passant par les Mongols. Timour le Grand en fit sa capitale qu'il voulait capitale du monde. A travers toutes ces périodes, la culture de Samarkand se développa, s'entremêlant au fil des siècles avec celles de l'Iran, de l'Inde, de la Mongolie, de la Chine et de bien d'autres. Elle a gardé de son passé une forte influence tadjik, les ouzbeks ne prenant le contrôle de la ville qu'au XVIe s. Samarkand est un véritable «seuil du paradis » au nom magique, un peu mystérieux, une longue invitation au voyage pour les artistes et les rêveurs. Samarkand a conservé ses coupoles vernissées, ses murs aux couleurs vives et ses mausolées qui constituent autant de joyaux de l’architecture d’Asie Centrale

Chakhrisabz    

Ville “natale de Tamerlan”. Il y fit construire un immense palais ainsi qu’un mausolée car il avait l’intention de reposer à Chakhrisabz après sa mort dans une salle fort modeste qui existe toujours. Il y enterra son fils préféré, Djakhonguir, mort prématurément, et ce mausolée échappera en partie à la destruction grâce à Khazret Imam, un saint du VIIIe s. prétendument enterré à cet endroit. Le palais quant à lui avait une taille considérable et fut construit par les artisans ramenés dans les bagages de l’armée du conquérant qui pris toujours grand soin de les épargner lors des massacres qui suivaient généralement ses conquêtes. Le palais, un temps oublié, sera détruit à la fin du XVIe s. par Abdullah Khan, le khan de Boukhara, dans un excès de rage devant magnificence qui n’était pas la sienne. Seule une partie de la gigantesque arche de l’entrée (a l’origine 50 m de haut sur 22 de large) subsiste et reste très impressionnante.

Boukhara 

Considérée comme une des plus anciennes cités d'Asie centrale, Boukhara est célèbre pour ses 360 mosquées (une par jour) et ses minarets. Elle fut, dit-on, sur une colline sacrée utilisée au printemps pour les sacrifices par les zoroastriens et est mentionnée dans l'Avesta, leur livre sacré.  Le nom de Boukhara serait une déformation du mot "vihara" qui signifie "monastère" en sanscrit. Au cours des siècles la ville aura plusieurs noms: Numiykat, Madina-ut-Tudjar ou Fahira. Elle aurait été fondée au XIIIe s. avant notre ère durant la domination des Suyavouchids, près de 1000 ans avant la conquête d'Alexandre 

Khiva 

Dernière capitale du Khorezm, Khiva offre l'apparence d'une ville en parfaite état, telle qu'elle était entre le XVIIIe et le début du XXe s., avec 2 200 m de murailles intactes qui forment Kounia Ark, "la vielle citadelle" et limitent la ville intérieure. Khiva fut l'un des marchés d'esclaves les plus importants de l'Asie centrale et celui-ci fut actif jusque vers les années 1915-20. Une visite guidée vous permettra d'avoir les détails de tous les monumrnts à visiter. Le plus ancien monument est le mausolée de Seyid Alaouddin (XIVe s.) mais l'essentiel date des XVIIIe et XIXe s. Khiva est réputée non seulement pour ses monuments historiques uniques, mais aussi pour un ensemble architectural parfait qui n’a pas d’équivalent en Asie Centrale. Les traditions semblent encore aujourd’hui très enracinées. Le visiteur est projeté soudain hors du temps, dans un univers de mirages et de miracles

Tachkent  

Capitale de l’Ouzbékistan, Tachkent est située sur le cours moyen de la rivière de Tchirtchik qui prend sa source dans les montagnes du Tian Chan à une altitude de 480 mètres. La ville a été fondée il y a près de 2000 ans à l’intersection des voies commerciales entre l’Asie, la Méditerranée et l’Europe. Sa situation privilégiée éveilla la curiosité de nombreux conquérants (Gengis Khan au XIIIe siècle). Elle fut presque totalement détruite en 1966 par une terrible tremblement de terre. L'URSS décida alors d'en faire un véritable symbole de sa capacité de reconstruction et envoya sur ce chantier des milliers de "volontaires". Tachkent est aujourd'hui une ville moderne de 2 millions d'habitants mais elle a un cachet certain avec ses vastes avenues et ses parcs.

Le Kirguizstan

Bichkek est une jeune ville à l’architecture moderne, située au pied du massif de Terkes Alataou, l’un des endroits les plus pittoresques de cette région. On considère le canyon Ala Artcha comme la plus belle zone de récréation. Entre Bichkek et le lac Issyk Koul, on peut visiter la rivière rouge, le site d’Al-Bechim, les pétrogliphes de Tchoplon Ata, la tour de Bouran. Cette tour est l’altération de Muranaqui qui veut dire le minaret. Construit au XIème siècle, ce minaret mesurait à l’origine 45 mètres de hauteur mais suite au tremblement de terre survenue au XVème siècle, il n’en reste que 25 mètres. L’immense lac Issyk Koul, le « lac chaud » fait 170 km de long sur 70 km de large. Il est entouré de chaînes montagneuses dont les cimes enneigées dépassent les 4000 mètres. Le lac rappelle l’océan avant que le brouillard matinal ne se lève, découvrant les cimes des pic enneigés du Terkes Alataou. C’est un lac un peu salé qui ne gèle jamais malgré qu’il soit situé à 1600 mètres d’altitude. La ville de Karakol est située sur la rive Est du lac. Les principales curiosités de la ville sont la mosquée en bois Doungan conçue comme un temple bouddhique et transformée en mosquée en 1910, l ‘église de la Trinité, et le musée de l’artisanat possédant un fond de plus de 6000 pièces comprenant des gravures rupestres, des pièces archéologiques  et artisanales. Och est la seconde ville et la plus peuplée du Kirguizstan. Cette ville est connue avant tout par le trône de Salomon (la colline de Suleiman), entourée de légendes dont l’une raconte que c’est ici que siégeait Salomon, le fondateur mythique de la ville et qu’il serait enterré en haut de la colline. Au bas de la colline se trouve les mausolées Assaf Boukhia et la mosquée Djami Ravat Abdoullah Khan qui est redevenue un lieu de culte.

Le Kirguizstan est un pays montagneux  et il est possible d’y organiser des randonnées en chevaux, des trekking et du rafting.  Les zones de trekking les plus réputées sont Inilcheck sur la face nord des Terskei Alataou, Achiktach (pic Lénine, face nord des chaines du Turkestan) et le glacier Ak-Sai dans la vallée d’Ala-Artcha.